Chacun se souvient des aventures d’Eros et Psyché telles qu’elles nous sont présentées par Apulée dans son roman L’Ane d’or ou Les Métamorphoses. Or ce récit mythique a donné lieu au XVIIème siècle, entre autres, à deux réécritures fort différentes, celle de La Fontaine, Les Amours de Psyché et de Cupidon en 1669 et celle de Madame d’Aulnoy, Le Serpentin vert en 1697.

Il était une fois une forêt extraordinaire, celle qui peupla nos rêves d’enfant et qui hante encore nos rêves d’adulte. C’est la forêt magique des contes. Si l’on se réfère aux sources premières de cette littérature originelle, il n’est point étonnant que l’homme ait cherché à apprivoiser son environnement par la magie du verbe et qu’il ait souvent situé ses premiers récits oraux dans un cadre qui devait susciter à la fois fascination et crainte.